Tant de gens mécontents, près de 500 000 qui revendiquent la tête de Couillard, ce politicien maître dans l’art de séduire, de parler et d’endormir la population québécoise.

Embarquez dans l’autobus!

Oui, venez joindre les rangs des mécontents. Ceux qui refusent l’austérité à poing levé. Nous sommes ceux et celles qui veulent un changement durable et positif afin de protéger les acquis de l’éducation des dernières années.

Réveillez-les

Réveillez les cravatés qui n’ont toujours pas compris l’importance d’une éducation de qualité dans une économie du savoir. Criez pour qu’ils regardent dans votre direction et faites-leur comprendre leur erreur et leur faux raisonnement.

Déplacer des un$ et des zéro$

La dernière offre patronale revient au statu quo. Aucun gain réel pour les travailleurs du secteur public. Coiteux a bien apprécié son temps d’antenne pour nous dire, avec une grande fierté, que son offre était sérieuse et qu’elle ferait avancer les négociations. Son petit jeu est clair comme de l’eau de roche. La manifestation d’aujourd’hui nous démontre bien que l’effort de compréhension n’est toujours pas assez grand.

La dette

Avec une dette de 200 milliards de dollars, le Québec doit payer 10 milliards de dollars en intérêts annuels. Ça fait beaucoup, vous avez bien raison de dire qu’il faut s’attaquer à la dette. Par contre, en s’attaquant à la dette de la mauvaise façon, nous pourrions avoir de mauvaises surprises et ainsi créer de nouveaux problèmes.

Quand on sait que le gouvernement Couillard pige dans le fonds vert afin de financer un compagnie de pipeline. Quand on sait que les élus vont faire passer leur propre salaire de 90 000$ à 150 000$. Quand on sait que la priorité devrait être l’éducation et la santé. Quand on sait que le gouvernement vient de donner 1 milliard de dollars à Bombardier. Quand on sait que nos ressources naturelles et notre environnement sont détruits. Quand le gouvernement donne sont accord pour déverser 8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve St-Laurent. La population a le droit de se révolter. C’est même son devoir de participer à des actes de désobéissance civile afin de forcer un changement de cap.

À demain

Bien oui, les moyens de pressions se poursuivent demain.

Pour terminer en beauté, merci de partager!